La contraception

 

Sommaire
  • L’objectif d’une contraception
  • Contraception et les maladies...
  • Les préservatifs chez les...
  • La pilule : contraception...
  • La pilule du lendemain
  • Les autres pilules
  • Le stérilet
  • Les spermicides
  • La contraception définitive
  • Les méthodes naturelles
  • A retenir

 

4659 t220L’objectif d’une contraception

Le but de la contraception est d’éviter une grossesse non désirée.
La contraception concerne les femmes et les hommes, même si c’est la femme qui évitera la grossesse.
Les différentes méthodes de contraception ne sont pas toutes fiables et aucune n’est sûre à 100%. Mais certaines sont plus efficaces que d’autres.
Les méthodes de contraception proposées seront différentes selon l’âge : adolescente, femme adulte, avec ou sans enfant, mère de famille, femme de plus de 40 ans, les habitudes sexuelles : couple stable, partenaires multiples, risque d’attraper une MST...
Elles ont différents mécanismes d’action : soit elles bloquent l’ovulation, soit elles empêchent la fécondation, soit elles empêchent la nidation.

Contraception et les maladies sexuellement transmissibles

Les préservatifs sont le seul moyen contraceptif qui permet d’éviter les MST.

Les préservatifs chez les adolescents

Chez l’adolescente, il faut privilégier l’efficacité de la technique, ne pas risquer une infertilité et assurer une protection contre les MST.
Les préservatifs sont un moyen de contraception bien adapté à l’adolescente, c’est aussi le seul moyen de se protéger contre les MST et le SIDA à condition d’être posé convenablement et de ne pas être défectueux.
Il existe des préservatifs masculins qui sont des étuis en latex à dérouler sur lepénis en érection juste avant un rapport sexuel.
Il existe aussi des préservatifs féminins qui se présentent sous la forme d’une gaine lubrifiée munie d’un anneau souple à chaque extrémité : ce préservatif féminin permet aux femmes de maîtriser leur protection contre les MST sans demander l’avis de leur partenaire. Il peut rester en place quelques heures avant et après le rapport

La pilule : contraception hormonale

Rappel : la pilule ne protège pas des MST.
La pilule est une méthode contraceptive hormonale qui empêche l’ovulation, elle est en général bien tolérée. C’est le moyen de contraception le plus utilisé en France et si elle est prise régulièrement elle est très efficace.
Il existe quelques contre-indications à la prescription de la pilule en particulier des antécédents de maladie thrombo-embolique et de maladie cérébro-vasculaire.
Il existe plusieurs sortes de pilules plus ou moins dosées en hormones (oestrogènes et progestérone). Leur prise est périodique.
Une plaquette de pilule contient 21 comprimés. Il faut en prendre un par jour, le 1er comprimé le 1er jour des règles et puis pendant 3 semaines consécutives, soit 21 jours et toujours à la même heure.
Un arrêt d’une semaine entre deux plaquettes permet l’apparition des règles.
Si une pilule est oubliée, il existe un risque de grossesse.
Si l’oubli est de moins de 12 heures, ce n’est pas trop embêtant : il faut aussitôt prendre la pilule oubliée et continuer la prise des suivantes à l'heure habituelle.
Par contre si l’oubli est de plus de 12 heures : il faut prendre la pilule oubliée et continuer la plaquette aux heures habituelles, mais il peut y avoir une ovulation, donc il faut associer pendant deux semaines une autre méthode de contraception (préservatifs, spermicides…).

 

La pilule du lendemain

C’est une contraception d’urgence à utiliser en cas de rapport sexuel non ou mal protégé et ce quel que soit le moment du cycle.
Lors d’un rapport sexuel « à risque de grossesse » non désirée (oubli de pilule,retrait tardif du partenaire, déchirure de préservatif, …) il est possible dans les 2 à 3 jours qui suivent le rapport, de prendre un médicament contraceptif pour éviter cette grossesse.
Ce médicament s’appelle Norvelo® (ou levonorgestrel), il est distribué sans ordonnance dans les pharmacies. Il existe aussi une autre pilule du lendemainEllaOne® qui peut-être prise uniquement sur ordonnance, jusqu'à 5 jours après le rapport.
Les jeunes filles scolarisées peuvent aussi l’obtenir gratuitement à l’infirmerie de leur école.
Pour savoir si la contraception d'urgence a été efficace il faut surveiller l’apparition des prochaines règles. En cas de retard des règles supérieur à 5 jours, il est nécessaire de faire un-test de grossesse et de consulter un médecin

Les autres pilules

Plusieurs types de pilules existent pour celles qui ne veulent pas prendre un comprimé tous les jours : le timbre de la semaine, l’anneau vaginal pour 3 semaines, l’implant sous-cutané pour 3 ans.

Le stérilet

Rappel : le stérilet aussi appelé DIU, ne protège pas des MST.
C’est un moyen de contraception très utilisé en France.
C’est un petit objet de forme variable (souvent en forme de T), en plastique recouvert de cuivre pour plus d’efficacité, qui est introduit dans la lumière de l’utérus.
Le stérilet empêche l’implantation de l'œuf dans la muqueuse utérine en ayant une action inflammatoire permanente.
Le stérilet est en général mis en place aux 1ers jours des règles.
Des fils sortent par le col de l’utérus dans le vagin, ces fils serviront pour sortir le stérilet de l’utérus. Il est important d’apprendre à sentir les fils, c’est le signe que le stérilet est toujours là. S’ils ne sont pas sentis, raccourcis, rallongés ou que le stérilet est senti au bout des doigts il faut consulter un médecin.
Il peut être laissé en place pendant plusieurs années, les complications sont rares.
Il n’est pas indiqué chez les femmes qui n’ont pas eu d’enfants car il existe un risque, faible tout de même, d’infection et de possible stérilité par la suite.

Les spermicides

Rappel : les spermicides ne protègent pas des MST.
Les spermicides sont des substances chimiques qui détruisent les spermatozoïdes. Ces produits sont introduits profondément dans le vagin juste avant un rapport sexuel.
Associés à d’autres moyens de contraception locaux comme les préservatifs, leur action contraceptive est efficace. Ils sont utilisables pour toutes les femmes.
Les spermicides sont vendus en pharmacie sans ordonnance, sous forme de crèmes, de gels, d'ovules ou de tampons (éponges).

 

La contraception définitive

La stérilisation masculine, ou vasectomie, correspond à la ligature ou la section des 2 canaux qui amènent les spermatozoïdes à l’extérieur. Ainsi le sperme se trouve sans spermatozoïdes. Ce n’est pas une castration, les testicules ne sont pas touchés, ils continuent de sécréter des hormones mâles comme avant.
Il est important de prendre un temps de réflexion avant de faire pratiquer cette intervention car elle est irréversible.
La stérilisation féminine, ou ligature des trompes, est la section des 2 trompes de Fallope. Ainsi les ovules produits par les ovaires ne peuvent pas aller vers l’utérus et ne peuvent pas rencontrer les spermatozoïdes. Il n’y aura pas de fécondation. Comme chez l’homme, les ovaires ne sont pas touchés et les hormones féminines continuent à être sécrétées jusqu’à la ménopause.
Comme pour la vasectomie chez l’homme, c’est une méthode de contraception irréversible et il est important de réfléchir avant de prendre cette décision.

Sauf cas particulier, il faut avoir un certain âge et des enfants pour pouvoir subir cette intervention.

Les méthodes naturelles

Les méthodes naturelles ne protègent les couples des MST.
Elles se basent sur la période de l’ovulation, la durée de vie de l’ovule et celle des spermatozoïdes : la prise de la température, la méthode Persona (mesure des taux d’hormones dans les urines), l'étude de la glaire cervicale peuvent aider à calculer la date de l'ovulation.
Le problème c’est que les spermatozoïdes ont une vie de 72 heures ou plus, celle de l’ovule, 48 heures ou plus ; l'abstinence périodique serait de règle quelques jours avant et après l’ovulation pour avoir peu de chances de faire un enfant.
Même si le jour de l’ovulation est relativement constant chez une femme réglée régulièrement, les méthodes naturelles sont loin d’être infaillibles.
La technique du retrait : l’homme au moment où il sent qu'il est sur le point d'éjaculer se retirer du vagin de sa partenaire. L'éjaculation se produit donc à l'extérieur. Mais cette méthode connaît un fort taux d'échec.

A retenir


Les méthodes contraceptives sont nombreuses, plus ou moins efficaces ; elles doivent être adaptées à l’âge de la femme, si elle a des enfants ou non, aux habitudes sexuelles des couples et de chacun.
Les préservatifs masculins et féminins sont valables pour tous et toutes, il faut lire le mode d’emploi, faire attention aux coups d’ongles. Les pilules sont nombreuses, il y en aura toujours une adaptée à chaque femme. Le stérilet est plus volontiers utilisé chez les femmes qui ont déjà eu des enfants. Les méthodes définitives à savoir la vasectomie chez l’homme et la ligature de trompes chez la femme doivent être mûrement réfléchies avant d’être effectuées. Il vaut mieux éviter d’utiliser les méthodes naturelles comme moyen de contraception, elles sont peu efficaces comparées aux autres.
Seuls les préservatifs, lors de rapports sexuels, protègent des MST.


Source : La grand livre de la gynécologie, Collège national des gynécologuesobstétriciens français, Eyrolles