Allergie à l’arachide

 

Sommaire

  • Les symptômes d’une allergie...
  • Un diagnostic de plus en...
  • Le traitement des crises...
  • La prévention chez les enfants

 

 

  • L’allergie à l’arachide est la premièreallergie alimentaire chez les enfants de moins de 3 ans.



31212 t220Les symptômes d’une allergie à l’arachide

Ces symptômes peuvent aller de réactions minimes comprenant des démangeaisons de la peau, quelques plaques d’urticaire ; ou donner lieu à des manifestations plus sévères avec une urticaire géante, un œdème de Quinckeou une gêne respiratoire ; et dans certains cas très rares, une réaction allergique extrêmement violente, le choc anaphylactique qui est une urgencemédicale, engageant le pronostic vital.
Quelles sont les circonstances d’apparition
Il n’y a pas de règle. Un enfant peut développer une réaction allergique dès le premier contact avec l’arachide, et un adulte ayant déjà consommé maintes fois des cacahuètes est susceptible d’y devenir l’allergique, de façon tout à fait imprévisible.
À noter une des caractéristiques de l’allergie à l’arachide est qu’elle peut se déclencher de façon aéroportée, c’est-à-dire à la simple vue de quelqu’un qui mange des cacahuètes ! En effet, l’allergène se répandant dans l’air, il est possible qu’une personne très allergique se situant à proximité puisse faire une réaction plus ou moins importante…
A signaler encore que l'allergie à l'arachide peut être à une allergie à fruits à coque (noix, noisette, pistache, pignon...).

Un diagnostic de plus en plus fin

Après que le patient ait répondu aux nombreuses questions du médecin, la démarche classique est ensuite d’effectuer des tests cutanés et des dosages sanguins (IGE et RAST).
Mais depuis quelques années, les allergologues ont la possibilité d’aller un peu plus loin avec des dosages en biologie moléculaire plus précis, affinant les données sur la réponse allergique en fonction des différentes protéines de l’arachide.
Au nombre de 8 (ARA H1, ARA H2, ARA H3, ARA H4, ARA H5, ARA H6, ARA H7, ARA H8), ces dosages sont très intéressants car prédictifs de la sévérité et de la durée de la maladie. Par exemple, un ARA H1 ou ARA H2 très positif s’avère indicatif d’une l’allergie qui risque d’être sévère et d’installation longue ; tandis qu’une réponse significative uniquement à ARA H8 augure plutôt une guérison probable.

Le traitement des crises graves

La réponse allergique est souvent rapide et « dose-dépendante » : en d’autres termes, parfois quelques minutes après un contact direct avec l’arachide, une réaction allergique se produit. D’autres fois, il faut attendre un temps un peu plus long si la substance allergène (l’arachide) est très peu présente (à l’état de « traces »).
> L’allergique doit donc avoir à portée de main en permanence, différents médicaments luttant contre les allergies et ses symptômes : des antihistaminiques, des corticoïdes (comprimés ou sirop pour les enfants), un bronchodilatateur, et de l’adrénaline (injectable via une seringue ou plus pratique sous forme de stylo).
C’est le médecin allergologue qui vous indiquera le traitement le plus adéquat en fonction des symptômes liés à votre allergie à l’arachide.
> Mais souvent l’allergie à l’arachide pouvant entraîner des symptômes majeurs, le stylo-seringue pour s’auto-injecter de l’adrénaline est recommandé.
Si vous n’avez aucun traitement sur vous, et en cas de réaction allergique forte, il faut se rendre aux urgences le plus vite possible. Ou téléphoner au 15.
Une innovation à venir
L’éviction complète de l’arachide demeure le seul moyen d’encadrer et de prévenir les manifestations pathologiques. Les conseils alimentaires à suivre seront définis par l'allergologue, en fonction des symptômes et du résultat des examens. Cela implique parfois un véritable parcours du combattant de la part du consommateur allergique à l'arachide, devant lire et décoder avec attention les étiquettes de composition des produits.
> Il n’existe pas, à ce jour, de traitement de désensibilisation pour l’allergie à l’arachide, ou réduisant la réponse allergique.
En revanche, on attend l'arrivée d'un patch en cours d’homologation (essai de phase 3) dont la commercialisation devrait intervenir bientôt. En effet ce dernier, permettrait une désensibilisation à l’arachide. À suivre…

 

La prévention chez les enfants

La prévention de l’allergie à l’arachide chez un enfant consiste essentiellement à consulter rapidement. Dès l’apparition d’une urticaire, même peu importante, mieux vaut ne pas laisser traîner et faire un bilan chez un allergologue qui effectuera des tests cutanés suivis d’une prise de sang.

 Sources :
> Indications du dosage des Ig E spécifiques dans le diagnostic et le suivi des malades allergiques, HAS, mai 2005.
> Poms RE, et al., Methods for allergen analysis in food : a review. Food Addit Contam, 2004.

×