Sexualité et grossesse

 

Sommaire

  • Une libido modifiée pendant...
  • Et le foetus dans tout ça...
  • S’adapter à un corps qui...
  • Les contre-indications

 

 

  • La sexualité pendant la grossesse peut être un sujet d'interrogation, voire de préoccupation pour certains couples. Sauf contre-indication médicale, il est tout à fait possible d’avoir des rapports sexuels durant la grossesse. Il est d’ailleurs important de préserver la vie du couple et son intimité durant cette période unique qu’est l'attente d'un nouveau-né.



4549 t220Une libido modifiée pendant la grossesse

Durant la grossesse, la femme vit de nombreux changements physiques et psychologiques qui influencent son attitude vis-à-vis du sexe et du plaisir. Pour certaines femmes qui se sentent à l’apogée de leur féminité en étant enceintes, la grossesse sera placée sous le signe de la sensualité, d’autant plus que sous l’influence des hormones, la sensibilité des seins et des organes sexuels peut être accrue. Autrement dit, la sexualité change...
Pour d’autres au contraire, ces 9 mois (ou seulement pendant 2-3 mois) verront une baisse de la libido. Fatigue, modification du corps, action des hormones,angoisse face au futur statut de mère sont autant de facteurs susceptibles d’inhiber le désir sexuel.
Chez une même femme, le désir peut varier au cours de la grossesse. En règle générale on observe une diminution de la libido pendant le 1er trimestre, une augmentation au 2ème trimestre puis de nouveau une baisse au 3ème trimestre, durant lequel la fatigue et des difficultés à se mouvoir se font sentir. Mais, en fait il n'y a pas de règles, et la libido peut varier d'une femme à l'autre, selon la période de la grossesse.
De plus l’amour se fait à deux. Or durant la grossesse, le regard de l’homme et son désir changent, ce qui peut influencer les rapports intimes durant cette période spéciale dans la vie du couple. Alors que pour certains hommes unefemme enceinte est symbole de sensualité, d’autres éprouveront un blocage face au corps « maternant » de leur partenaire. La perspective de la responsabilité paternelle peut également inhiber la libido de l’homme. Et donc pour lui aussi la grossesse peut avoir des conséquences sur sa sexualité.

Et le foetus dans tout ça ?

Contrairement à certaines craintes partagées par de nombreuses femmes (risque de fausse couche, peur de blesser le bébé), le bébé est parfaitement protégé par les membranes amniotiques et le liquide qui l’entoure. Le bouchon de mucus qui ferme le col utérin tient lieu quant à lui de barrière contre lesinfections. Enfin, l’orgasme féminin n’est pas dangereux, même s’il peut provoquer descontractions utérines.

S’adapter à un corps qui change

Durant les premiers mois, pratiquement toutes les positions sont possibles. Au fur et à mesure de la grossesse cependant, certaines deviendront inconfortables ; à vous d’expérimenter de nouvelles positions dans lesquelles vous vous sentirez bien. Par ailleurs, la pénétration n’est pas l’unique moyen d’atteindre le plaisir pour une sexualité épanouie.

Les contre-indications

> En cas d’antécédent de fausse couche, le gynécologue indiquera certainement qu'il est préférable d’éviter tout rapport sexuel avec pénétration durant les deux premiers mois.
> Pendant toute la période de la grossesse, si des saignements apparaissent, il faudra en parler à la sage-femme ou au gynécologue de la sexualité.
> En cas d’antécédent de naissance prématurée ou de menace d'accouchement prématuré, on pourra recommander d'éviter les rapports sexuels durant les 12 dernières semaines.
> En cas de placenta praevia (placenta en position anormale), les relations sexuelles sont fortement déconseillées.
> Durant le 3ème trimestre, la prudence s’impose si les rapports sexuels entraînent des contractions longues et soutenues

 

 Source : Le Grand livre de la grossesse, Collège national des gynécologues-obstétriciens français