Les blanchissants dentaire

 

ommaire
  • Dents jaunes ou grises
  • Les dents vivantes
  • Les dents dévitalisées
  • Attention, hypersensibilité...
  • Deux types de traitement

 

 

  • A une époque où l’esthétique semble un atout "indispensable", les techniques pourblanchir les dents (blanchiment ou éclaircissement dentaire) connaissent de plus en plus de succès, et font l’objet de travaux de recherche chez les spécialistes.



23465 t220Alors, comment choisir la technique et la solution qui convient pour leblanchiment des dents ? Il est essentiel de connaître le principe de ce traitement et ses effets secondaires pour mieux comprendre ses indications et ses limites.

Dents jaunes ou grises

Le rôle du chirurgien dentiste est d’informer le patient tant sur les effets attendus et espérés du blanchiment des dents, que sur ses effets secondaires. Le principe majeur repose sur la mise en contact d’un agent éclaircissant, l’eauoxygénée, avec les pigments colorés contenus dans la dent.

> Selon un procédé d’oxydation, cet agent chimique transforme des molécules foncées en des molécules plus claires.
> L’agent éclaircissant se présente sous différentes formes (poudre ou gel), et à différentes concentrations, et son action peut être augmentée par la présence de lumière ou de chaleur (moyens utilisés par le dentiste).
Pour éclaircir des dents, il est primordial de bien poser l’indication de ce traitement. Deux types principaux de coloration de dents existent : les dents « jaunes » et les dents « grises ».
Les colorations jaunes sont les plus simples à éclaircir, car elles se rapprochent du blanc en fin de traitement. Inversement, l’éclaircissement de dents grises est beaucoup plus difficile à obtenir. De la même façon, plus la dent aura une teinte homogène, meilleur sera le résultat.

Enfin, il est important de rappeler que seules les dents naturelles peuvent être éclaircies, excluant donc de ce traitement toutes les reconstitutions en résine ou en céramique.

Les dents vivantes

Pour le blanchiment des dants vivantes, le chirurgien-dentiste peut avoir recours au gel de peroxyde de carbamide. L’eau oxygénée, trois fois plus concentrée que le gel de peroxyde de carbamide peut, elle aussi, être utilisée. Plus la concentration en eau oxygénée est élevée, plus le traitement sera rapide. La lumière et la chaleur activent également le processus d’éclaircissement, mais présentent un inconvénient majeur : le risque accru de sensibilité dentaire.

Les dents dévitalisées

Les dents dévitalisées (souvent suite à un choc, traumatisme) tendent à se colorer avec le temps. Ces dents « répondent » très bien au perborate desodium, existant sous forme de poudre et qui, mélangé à l’eau, se dissocie en eau oxygénée à l’intérieur de la dent.

Attention, hypersensibilité !

Le principal effet secondaire de tous ces traitements de blanchiment des dents est d’induire une hypersensibilité, mais uniquement pendant le traitement. Plus la concentration en eau oxygénée est élevée, et plus l’action sur la dent est rapide... mais plus les chances d’induire une hypersensibilité augmente.

Deux types de traitement

Le chirurgien dentiste propose deux grands modes d’éclaircissement : à faire en partie chez soi (le mode « ambulatoire »), ou entièrement chez le dentiste (« au fauteuil », disent les professionnels). Les résultats sont assez similaires entre les deux modes de blanchiment des dents. Ces soins ne sont pas pris en charge par l'assurance maladie. Il faut compter entre 600 et 1 500 euros, selon la technique utilisée, le chirurgien dentiste, etc.
>Entièrement chez le dentiste
> L’ensemble du processus se réalise directement au cabinet dentaire avec l’utilisation d’eau oxygénée à forte concentration pendant des temps assez courts.
> La concentration assez élevée de produit éclaircissant peut engendrer une hypersensibilité dentaire.
> Le traitement entièrement réalisé chez le dentiste seul dure environ six mois. Il peut être complété par une technique ambulatoire pendant une semaine immédiatement après la séance chez le dentiste.
>En partie chez soi
> Le praticien réalise des gouttières que le patient porte la nuit pendant deux à trois semaines.
> La concentration en peroxyde de carbamide est faible (entre 10 et 16%), la durée de traitement avec ces gouttières doit donc être assez longue pour pouvoir saturer la dent en eau oxygénée.
> Les hypersensibilités, quand elles existent, sont modérées.
> Les résultats d'un blanchiment des dents, demeurent longtemps et un entretien tous les 2 ans permet de maintenir l’éclat obtenu.
Attention, cette dernière solution n’a rien à voir avec les traitements que l’on peut acheter en pharmacie, et qui ne parviennent pas à la même efficacité des traitements initiés chez le dentiste et poursuivis chez soi.

 Source : Eclaircissement des dents. Congrès ADF 2008.